Schizophrénie

Comme la plupart des maladies mentales, il n’est pas toujours facile de reconnaître les signes de la schizophrénie. Mais une chose est claire : la schizophrénie, qui touche un Américain sur 200, ne signifie pas avoir des personnalités dédoublées ou multiples. Et, tandis que les hallucinations et les délires sont des signes classiques de la schizophrénie, il y en a d’autres aussi.

Qu’est-ce que la schizophrénie ?

La schizophrénie est une maladie mentale grave qui altère la façon dont une personne se sent, ce qu’elle voit, comment elle traite ses pensées et comment elle se comporte. C’est une maladie chronique qui est généralement diagnostiquée entre la fin de l’adolescence et le début de la trentaine, et il n’y a pas de remède. Cependant, de nombreuses personnes atteintes de schizophrénie sont capables de se libérer totalement ou partiellement de ses symptômes et de vivre pleinement avec la maladie.

La schizophrénie, qui peut impliquer des hallucinations, des délires et des difficultés dans les relations sociales, n’est pas aussi courante que certains autres problèmes de santé mentale. En fait, on estime que moins de 1 % des Américains souffrent de schizophrénie, selon le National Institute of Mental Health (NIMH).

Types de schizophrénies

Alors que les experts en santé mentale classaient autrefois la schizophrénie en cinq sous-types principaux : paranoïaque, catatonique, désorganisée, indifférenciée et résiduelle, les experts identifient désormais la schizophrénie comme un éventail de symptômes.

Avec cette désignation de schizophrénie spectre– plutôt que différents types de schizophrénie – les experts peuvent mieux diagnostiquer la schizophrénie comme une entité composée de plusieurs sous-types.

Il est important de noter que bien qu’il existe des conditions liées à la schizophrénie telles que le trouble schizophréniforme (deux symptômes de schizophrénie ou plus qui durent plus d’un mois mais moins de six mois) et le trouble schizo-affectif, qui est diagnostiqué comme la schizophrénie mais ajoute un élément d’humeur tel que dépression majeure ou manie, les bases sont toujours les mêmes : la schizophrénie provoque une psychose, ce qui signifie que les personnes atteintes de ce trouble ont du mal à faire la distinction entre ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.

Symptômes d’une schizophrénie

Lorsque vous souffrez de schizophrénie, différents symptômes ont tendance à se produire ensemble dans différentes combinaisons. Par exemple, vous pouvez avoir des idées délirantes et des hallucinations, ou vous pouvez avoir une pensée et un discours désorganisés.

Pour arriver à un diagnostic, la plupart des experts conviennent que vous devez ressentir des symptômes pendant plus de six mois.

Comme pour la plupart des maladies mentales, reconnaître les signes de la schizophrénie n’est pas toujours facile. La schizophrénie fait ne pas signifient avoir des personnalités divisées ou multiples, malgré les stéréotypes courants. Au lieu de cela, les symptômes de la schizophrénie reflètent souvent la difficulté à distinguer la réalité de la fantaisie. Les symptômes de la schizophrénie peuvent affecter tous les aspects d’une personne – pensées, émotions et comportement – qui peuvent se transformer en difficulté à négocier de nombreux aspects de la vie.

Voici quelques-uns des symptômes courants de la schizophrénie :

  • Hallucinations. Ceux-ci peuvent être auditifs ou visuels.
  • Les délires. Des histoires que vous créez pour donner un sens à votre état d’esprit.
  • Pensée et discours désorganisés. Cela peut également inclure le fait de parler hors sujet, de changer de sujet ou de créer des mots.
  • Symptômes cognitifs. Difficulté de mémoire, de concentration, de planification ou d’organisation.
  • Agitation. Battre avec des mouvements supplémentaires inutiles ; maladresse.
  • Apparaissant retiré. Parler d’une voix monocorde, ne pas établir de contact visuel.
  • Pensées suicidaires et les sentiments.

Causes des schizophrénies

Bien que la cause exacte de la schizophrénie n’ait pas encore été découverte, certains facteurs de risque rendent les gens plus susceptibles de la développer.

La génétique

La schizophrénie peut parfois fonctionner dans les familles. Si vous avez des antécédents familiaux de trouble mental, comme un parent proche qui l’a eu, vous courez un risque plus élevé de le développer vous-même. Les scientifiques n’ont cependant pas été en mesure d’identifier les gènes particuliers qui y sont liés.

Environnement

On pense que certains facteurs environnementaux comme la malnutrition dans l’utérus, les complications lors de la naissance d’une personne et l’exposition à certains virus contribuent au risque de développer une schizophrénie. La recherche suggère que certains facteurs psychosociaux, tels que la maltraitance pendant l’enfance et le fait de grandir dans un foyer stressant, peuvent également augmenter le risque de schizophrénie.

Changements cérébraux

Certains déséquilibres des substances chimiques dans le cerveau peuvent jouer un rôle dans le développement de la schizophrénie. Les experts pensent que la dopamine, un neurotransmetteur en particulier, est probablement impliquée et que les médicaments qui bloquent cette substance chimique du cerveau sont souvent utilisés pour réduire les symptômes de la schizophrénie.

Diagnostic de la schizophrénie

Les médecins et les experts en santé mentale diagnostiquent la schizophrénie en effectuant d’abord des examens physiques et des tests médicaux pour exclure d’autres causes des symptômes d’une personne (comme une tumeur au cerveau). S’il n’y a aucune raison physique pour laquelle une personne éprouve ces symptômes de type schizophrénie, une évaluation psychiatrique ou psychologique, comprenant un entretien et des outils d’évaluation spécifiques, est la prochaine étape pour approfondir la cause des pensées et des comportements d’une personne.

Si vous remarquez l’un des symptômes de la schizophrénie chez vous-même ou chez un être cher, parlez-en à un médecin ou à un professionnel de la santé mentale.

Traitement de la schizophrénie

Sans remède, le traitement de la schizophrénie reste axé sur la gestion des symptômes. Cela implique généralement des médicaments antipsychotiques qui peuvent aider à soulager les symptômes psychotiques de la schizophrénie. Ces médicaments sur ordonnance sont généralement pris par voie orale tous les jours, mais ils peuvent aussi parfois être administrés sous forme d’injections. Les médecins peuvent également prescrire des antidépresseurs ou des anxiolytiques pour gérer les symptômes de la schizophrénie.

Les traitements psychosociaux sont également souvent utiles et comprennent la psychothérapie, les compétences sociales et la formation professionnelle.

Pendant les périodes où les symptômes sont graves, une personne atteinte de schizophrénie peut avoir besoin d’être hospitalisée pour sa propre sécurité et son bien-être. L’apprentissage de techniques d’adaptation psychosociales peut aider à garder les gens hors de l’hôpital et à prévenir les rechutes.

Prévention de la schizophrénie

Bien qu’il n’y ait aucun moyen de prévenir la schizophrénie, qui serait causée par une interaction de facteurs génétiques et environnementaux, les liens familiaux sont ceux qui augmentent le plus votre risque.

Par exemple, les chercheurs estiment qu’environ 80 % du risque de développer la schizophrénie est héréditaire. Pourtant, cela ne signifie pas que les personnes ayant des gènes défectueux développeront réellement la maladie.

Cependant, si vous avez une prédisposition génétique à la schizophrénie, les experts recommandent vivement d’éviter la consommation de substances car cela peut déclencher la schizophrénie. Par exemple, il a été démontré que des drogues telles que la marijuana, les amphétamines et la cocaïne provoquent une augmentation des symptômes de type schizophrénie.

De plus, il est important de se concentrer sur la gestion du stress, de travailler dur pour forger des liens sociaux solides et d’éviter les relations malsaines qui peuvent affecter négativement votre santé mentale.