Étude : risque de dépression et stérilets hormonaux

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a publié le 14 Février 2023 un communiqué annonçant que certains stérilets hormonaux augmenteraient le risque de dépression. Selon une étude du GIS Epi-Phare, ce risque serait plus présent chez les utilisatrices des DIU à 52mg de lévonorgestrel par rapport à celui qui contient 19.5 mg. Cependant, il ne faut pas que cela entraîne de l’inquiétude pour les femmes concernées car sur 300 000 nouvelles utilisatrices, seules 10% sont susceptibles d’être touchées par la baisse de moral ou des troubles de l’humeur. Afin de sensibiliser les femmes porteuses de stérilet hormonal à ce risque, le mieux est de prendre connaissance des modèles concernés, des symptômes d’alerte et de la marche à suivre.

Les stérilets hormonaux concernés par le risque

Tous les dispositifs intrautérins hormonaux (DIU) contiennent du lévonorgestrel comme hormone progestative. Cette hormone épaissit la glaire cervicale afin de bloquer le passage des spermatozoïdes et assure la contraception. L’ANSM souligne que les stérilets mentionnés ci-dessous sont potentiellement associés au risque de dépression :

Étude : risque de dépression et stérilets hormonaux

  • Mirena® à 52mg qui peut être portée 5 ans pour la contraception et 8 ans pour la ménoprue fonctionnelle
  • Donasert® à 52 mg destiné à une durée maximale de 3 ans pour la contraception et 6 ans en cas de ménorragie fonctionnelle
  • Kyleena® à 19.5 mg, validé pour une utilisation jusqu’à 5 ans
  • Jaydess® à 13.5 mg, recommandé jusqu’à 3 ans

Symptômes à surveiller et actions à mener si besoin

Si vous portez un stérilet hormonal, faites attention aux symptômes suivants, qui pourraient révéler une forme légère de dépression ou d’humeur dépressive :

  • Troubles du sommeil
  • Manque de motivation et d’intérêts
  • Perte d’appétit et/ou prise de poids importante
  • Sentiments de tristesse persistante
  • Difficultés à se concentrer

Si vous remarquez l’un de ces symptômes, contactez votre médecin traitant. Il pourra vous prescrire des antidépresseurs et/ou vous injecter une dose supplémentaire de lévonorgestrel afin de réduire le risque de syndrome dépressif. Si les symptômes persistent, vous pouvez envisager de changer de moyen contraceptif ou demander à votre gynécologue une pose d’un stérilet moins dosé en hormones (19.5mg). Le risque de dépression lié à l’utilisation d’un stérilet hormonal est un signal important à prendre en compte pour les femmes. Même si ce risque reste faible, il est important de faire part à son médecin si l’on soupçonne un problème. Enfin, il existe des alternatives contraceptives à basse dose en lévonorgestrel qui permettent aux femmes de ne pas avoir à craindre ce type de problème tout en préservant leur santé reproductive.

FAQ

Comment agit le stérilet hormonal ?

Le stérilet hormonal agit en diffusant des hormones progestatives directement dans l'utérus, ce qui modifie la muqueuse utérine et rend difficile la nidation de l'ovule. Il épaissit également le mucus cervical, empêchant ainsi les spermatozoïdes de remonter vers l'ovule.

De plus, le stérilet hormonal peut inhiber l'ovulation chez certaines femmes. Son effet contraceptif est donc multiple et très efficace.

Quel est le fonctionnement du stérilet hormonal ?

Le stérilet hormonal agit en diffusant des hormones dans l'utérus, ce qui empêche la nidation de l'œuf. Il libère lentement des progestatifs qui modifient la muqueuse utérine et épaississent le mucus cervical, rendant ainsi difficile le passage des spermatozoïdes. Son efficacité peut durer jusqu'à 5 ans selon le modèle choisi.

Ce dispositif contraceptif nécessite une prescription médicale et une pose par un professionnel de santé qualifié.

Quels sont les effets secondaires du stérilet hormonal ?

Les effets secondaires du stérilet hormonal peuvent inclure des saignements irréguliers, des maux de tête, des douleurs abdominales et une prise de poids. Certaines femmes peuvent également ressentir une diminution de la libido ou des changements d'humeur. Il est important de consulter un professionnel de santé en cas d'effets secondaires persistants ou graves pour évaluer la nécessité de retirer le stérilet hormonal.

Ce dernier peut être une option efficace pour la contraception, mais il est essentiel d'être informé(e) sur les potentiels effets indésirables.

    • Les stérilets hormonaux comme Mirena®, Donasert®, Kyleena® et Jaydess® augmentent potentiellement le risque de dépression.
    • Les symptômes à surveiller pour détecter une forme légère de dépression sont les troubles du sommeil, le manque de motivation et d'intérêts, la perte d'appétit ou prise de poids importante, les sentiments de tristesse persistante, et les difficultés à se concentrer.
    • Contactez votre médecin traitant en cas de symptômes afin d'envisager des traitements adaptés ou un changement de moyen contraceptif. Il existe des alternatives contraceptives à basse dose en lévonorgestrel pour éviter ce risque tout en préservant la santé reproductive des femmes.
Actualités pression