‘Coffee Naps’ pourrait bien changer votre vie. Voici pourquoi

Les mots « café » et « sieste » ne vont généralement pas ensemble. Mais une stratégie qui associe les deux est en fait logique et pourrait être le regain d’énergie dont vous avez besoin pour passer une journée folle.

Une sieste au café est exactement ce à quoi cela ressemble : vous buvez une tasse de café, puis vous faites immédiatement une sieste. Bien que cela puisse sembler contre-intuitif, la caféine contenue dans le café n’entre pas en action pendant environ 30 minutes, il est donc tout à fait possible de s’assoupir juste après avoir bu votre java. Et ce court sommeil fournira son propre coup de fouet énergétique : il a été démontré que les siestes énergétiques améliorent la vigilance et les performances.

La sieste au café idéale dure 30 minutes, ce qui signifie que vous vous réveillez juste au moment où la caféine commence à opérer sa magie. Résultat : vous vous sentez à la fois reposé et stimulé.

Pour plus de conseils énergisants, inscrivez-vous à la newsletter Santé.

Il y a en fait eu quelques petites études qui soutiennent le concept. Recherche publiée en 1997 dans la revue Psychophysiologiepar exemple, ont constaté que les adultes somnolents qui combinaient 200 mg de caféine (deux fois la quantité de 8 onces de café infusé) puis faisaient une sieste obtenaient de meilleurs résultats lors d’un test de conduite simulé que les personnes qui ne recevaient que de la caféine ou un placebo.

Une autre étude publiée dans Neurophysiologie clinique en 2003 a divisé 10 jeunes adultes en cinq groupes expérimentaux, dont chacun a essayé une intervention différente au milieu de tâches informatiques. Un groupe a fait une sieste de 20 minutes. Un autre avait 200 mg de caféine plus une sieste. D’autres participants ont fait une sieste puis se sont lavé le visage ou ont été exposés à une lumière vive immédiatement après leur réveil. Et un cinquième groupe s’est simplement reposé. La stratégie de performance la plus efficace ? Vous l’avez deviné : caféine plus sieste.

Alors, devriez-vous devenir une nappeuse de café ?

Je pense que cela vaut la peine d’essayer si vous buvez déjà du café et que votre emploi du temps le permet. Les siestes au café peuvent également vous empêcher de consommer des quantités excessives de caféine tout au long de la journée, ce qui pourrait rendre plus difficile l’endormissement la nuit.

Mais il y a quelques mises en garde. Si vous souffrez du syndrome du côlon irritable ou d’un estomac sensible, essayez plutôt le thé vert ou évitez complètement la caféine. Le café peut causer des troubles digestifs, ce qui annulerait les avantages d’une sieste suralimentée. Et si vous êtes très sensible aux stimulants, c’est-à-dire que la caféine vous rend nerveux, nerveux ou vous donne un cœur qui s’emballe, cette stratégie ne vous convient pas.

Enfin, n’essayez pas de faire une sieste au café en fin de journée. La règle générale est d’éviter la caféine au moins six heures avant l’heure normale de votre coucher, afin qu’elle ne vous empêche pas de dormir la nuit. Et rappelez-vous : les siestes au café impliquent une Coupe de café, pas une cafetière et une sieste de 15 à 30 minutes, pas une sieste de deux heures.

Cynthia Sass est Santérédactrice en chef de la nutrition, une New York Times auteur à succès et consultant pour les Yankees de New York.

★★★★★