Lymphome hodgkinien vs lymphome non hodgkinien : C'est la 1 différence clé, selon les experts

Il peut être assez difficile pour les patients et leurs familles de faire face à un nouveau diagnostic de cancer, et encore moins de faire la distinction entre deux conditions qui semblent similaires : le lymphome hodgkinien et non hodgkinien.

Chacun est un cancer du sang qui affecte les lymphocytes d’une personne, qui sont des globules blancs spéciaux qui combattent les bactéries, les virus et d’autres envahisseurs étrangers, explique l’Institut national de recherche sur le génome humain. Les lymphocytes sont fabriqués dans la moelle osseuse et dans les ganglions lymphatiques, les minuscules glandes qui se trouvent dans le cou, l’aine ou l’aisselle, explique la Cleveland Clinic.

Lymphome hodgkinien vs lymphome non hodgkinien : C'est la 1 différence clé, selon les experts

Lorsque votre système immunitaire détecte une infection, vos ganglions lymphatiques gonflent et recrutent plus de cellules sanguines pour les aider à la combattre, explique Felipe Samaniego, MD, professeur au Département de lymphome/myélome, Division de médecine du cancer à l’Université du Texas MD Centre de cancérologie Anderson. C’est pourquoi, lorsque vous attrapez un rhume ou une autre maladie, vos ganglions lymphatiques peuvent devenir plus gros et tendres.]

Un gonflement des ganglions lymphatiques peut également survenir avec un cancer du sang lorsque des lymphocytes anormaux se multiplient de manière incontrôlable, évinçant les cellules saines, explique l’American Cancer Society (ACS).

Voici comment faire la distinction entre les deux principaux types de lymphomes.

Un examen plus approfondi du lymphome hodgkinien par rapport au lymphome non hodgkinien

Il existe plus de 70 types de lymphomes, selon le Memorial Sloan Kettering Cancer Center, mais ils peuvent être regroupés en deux grandes catégories : le lymphome hodgkinien et le lymphome non hodgkinien. La différence se résume à la présence ou à l’absence d’un type unique de cellule visible au microscope.

Les personnes atteintes d’un lymphome de Hodgkin (alias Hodgkin) ont un type spécifique de cellules cancéreuses appelées cellules de Reed-Sternberg, explique le National Cancer Institute (NCI). Le nom est un clin d’œil aux scientifiques qui ont d’abord correctement illustré et décrit ces cellules, selon une revue de 2020. Ils sont beaucoup plus gros que les autres lymphocytes et contiennent plus d’un noyau (l’endroit qui contient la majeure partie du matériel génétique d’une cellule).

« Ces cellules sont généralement placées dans un lit de cellules immunitaires qui tentent de les tuer mais n’ont pas réussi », explique Gary Schiller, MD, professeur d’hématologie/oncologie et directeur de l’UCLA Hematological Malignanncies/Stem Cell Transplant Unit. « Le noyau est en quelque sorte coupé en deux ; il ressemble aux yeux d’un hibou. »

Les personnes atteintes d’un lymphome non hodgkinien (certaines personnes l’appellent non hodgkinien) n’ont pas de cellules de Reed-Sternberg.

Lymphome hodgkinien vs non hodgkinien : lequel est le plus dangereux ?

D’une manière générale, le lymphome hodgkinien a tendance à être diagnostiqué à un stade plus précoce, il peut donc être plus facile à traiter que le lymphome hodgkinien, explique la Fondation nationale pour la recherche sur le cancer. (NFCR). Plus de 90% des personnes atteintes de lymphome hodgkinien survivent plus de 5 ans à compter du moment de leur diagnostic, selon la fondation.

Il est plus difficile de faire des généralisations sur le lymphome non hodgkinien car, comme le note le NCFR, il existe plus de 60 sous-types. Le pronostic varie considérablement en fonction du sous-type spécifique et de l’agressivité du cancer, entre autres facteurs, explique l’ACS.

Les lymphomes sont classés comme indolents (de bas grade), intermédiaires et de haut grade, explique la Leukemia & Lymphoma Society. «  » Indolent « signifie paresseux », a déclaré Schiller Santé. « Le lymphome indolent progresse lentement, car très peu de cellules se divisent à la fois. Il y a encore une grande opportunité au fil des ans pour que ce clone de cellules malignes se répande partout. Mais quelqu’un pourrait vivre avec cela pendant de très nombreuses années sans traitement. »

Qui contracte le lymphome hodgkinien et non hodgkinien ?

Les deux types de lymphomes sont assez rares, bien que, des deux, le lymphome non hodgkinien soit le plus courant. Environ 70 000 personnes aux États-Unis reçoivent un diagnostic de lymphome non hodgkinien chaque année; seulement environ 8 000 par an contractent un lymphome hodgkinien, dit le NFCR.

N’importe qui peut contracter un lymphome, mais le plus grand facteur de risque est d’être chroniquement immunodéprimé. Les receveurs de greffe d’organe (qui prennent des médicaments anti-rejet) courent un risque élevé, tout comme ceux qui vivent avec une maladie rhumatologique auto-immune comme la polyarthrite rhumatoïde ou le lupus, dit Schiller.

Les virus semblent également jouer un rôle. Certains types de lymphomes ont été liés au virus d’Epstein-Barr, selon l’American Society of Clinical Oncology.

Signes avant-coureurs des lymphomes hodgkiniens et non hodgkiniens

Le lymphome ne provoque pas toujours des symptômes perceptibles, surtout s’il n’est pas agressif. Mais certaines personnes développent de la fièvre, des frissons, des sueurs nocturnes ou une perte d’appétit. D’autres peuvent développer un gonflement des ganglions lymphatiques, mais les ganglions ne font pas mal comme ils le feraient avec une infection. Votre rate, qui est le principal organe du système lymphatique, selon le NCI, pourrait également grossir.

Une fatigue accablante et une perte de poids inexpliquée peuvent également être des symptômes, selon la clinique Mayo.

Comment traite-t-on le lymphome hodgkinien et non hodgkinien ?

« Il n’y a pas de traitement unique », déclare Schiller. Certains lymphomes évoluent si lentement qu’un patient peut simplement être surveillé de près; d’autres sont plus agressifs et nécessitent un traitement immédiat.

Pour les patients qui ont besoin d’un traitement, l’ACS affirme que la chimiothérapie est courante, tout comme la radiothérapie. L’immunothérapie – des médicaments qui exploitent la puissance de votre propre système immunitaire – peut également être utilisée.

Certaines personnes ont besoin d’une greffe de cellules souches, ce qui peut impliquer le prélèvement et la réinjection de vos propres cellules souches sanguines (greffe autologue) ou l’utilisation de cellules souches d’un donneur (greffe allogénique)

Bien que débarrasser votre corps du cancer puisse sembler être le but du traitement, ce n’est pas nécessairement le cas, car certaines personnes peuvent vivre longtemps avec un lymphome.

« L’objectif n’est pas toujours un remède », explique Schiller. « Le but est la survie. »

FAQ

Quelle est la différence entre la maladie de Hodgkin et le lymphome non hodgkinien ?

La principale différence entre la maladie de Hodgkin et le lymphome non hodgkinien réside dans les cellules atteintes. Dans le cas de la maladie de Hodgkin, seules les cellules de Reed-Sternberg sont touchées, tandis que le lymphome non hodgkinien affecte un plus large éventail de cellules lymphoïdes.

De plus, la maladie de Hodgkin présente généralement des ganglions lymphatiques enflés et symétriques, alors que le lymphome non hodgkinien peut provoquer des gonflements asymétriques et d'autres symptômes variés. Enfin, le traitement et la prise en charge médicale peuvent différer en fonction du type de cancer détecté.

Quelles sont les différences entre le lymphome de Hodgkin et le non hodgkinien ?

Le lymphome de Hodgkin et le lymphome non hodgkinien sont deux types de cancers se développant à partir des cellules du système lymphatique. La principale différence entre les deux réside dans les cellules touchées: le lymphome de Hodgkin affecte généralement les cellules B tout en incluant des cellules appelées "cellules de Reed-Sternberg", absentes dans le cas du lymphome non hodgkinien.

De plus, le traitement et le pronostic varient entre les deux types de lymphomes, avec le lymphome de Hodgkin étant généralement plus sensible à la chimiothérapie et présentant un meilleur taux de survie que le lymphome non hodgkinien.

Comment distinguer un lymphome hodgkinien d'un lymphome non hodgkinien ?

Le principal critère permettant de distinguer un lymphome hodgkinien d'un lymphome non hodgkinien est la présence de cellules appelées cellules de Reed-Sternberg, spécifiques au premier. De plus, le diagnostic repose sur l'analyse en laboratoire des tissus prélevés lors d'une biopsie ganglionnaire. Les lymphomes hodgkiniens et non hodgkiniens présentent également des différences dans leur évolution clinique et leur réponse aux traitements.

Enfin, il est essentiel de consulter un spécialiste en hématologie pour établir un diagnostic précis et mettre en place une prise en charge adaptée.

    • Différence entre lymphome hodgkinien et non
      hodgkinien
      : la
      présence de cellules de Reed-Sternberg.
    • Le lymphome hodgkinien a tendance à être diagnostiqué plus
      tôt
      et a un meilleur taux de survie.
    • Les facteurs de risque incluent l'immunodépression chronique
      et
      les virus, comme celui d'Epstein-Barr.
    • Traitements possibles : chimiothérapie,
      radiothérapie,
      immunothérapie et parfois greffe de cellules souches.
Santé Cancers Cancers du sang Lymphome Lymphome Hodgkinien