En collaboration avec des scientifiques suédois, finlandais et anglais, les chercheurs de l’Unité Inserm 687, se sont intéressés à l’évolution de l’état de santé des individus avant et après avoir quitté leur activité professionnnelle.

Pour cela ils ont suivi plus de 14 000 personnes 7 ans avant et 7 ans après leur départ en retraite. Leur état de sant a été mesuré chaque année sur une échelle allant de 1 (très bon) à 8 (très mauvais).

Sans surprise les résultats confirment une relation entre la santé perçue et l'avancée en âge; mais les liens avec le passage à la retraite sont bien plus inattendus.

Ainsi, pendant les années qui précèdent le départ en retraite, la proportion de personnes déclarant un mauvais état de santé ne cesse d’augmenter pour atteindre 20% des personnes interrogées. Cette tendance s’inverse brusquement au moment de la retraite pour ne représenter plus que 14% un an après leur cessation d’activité professionnelle. En moyenne, les sujets retrouvent après le départ à la retraite l’état de santé qu’ils déclaraient 8 à 10 ans plus tôt...

Cette amélioration de l’état de santé perçu est observée aussi bien chez les hommes que chez les femmes et ce dans toutes les catégories socioprofessionnelles. Toutefois, ce sont essentiellement les personnes soumises à des conditions de travail défavorables (forte demande physique et psychologique, insatisfaction au travail), qui bénéficient le plus de l’amélioration de leur santé après la retraite.

Pour les auteurs de cette étude, il est cependant nécessaire d’être prudent dans l’interprétation de ces résultats. "Il ne s’agit pas de conclure trop vite qu’il est mauvais pour la santé de travailler après 55 ans expliquent-ils. Toutefois le ressenti des participants devrait être pris en compte pour mettre en place des mesures offrant un environnement de travail adapté aux personnes en fin de carrière, particulièrement si l’on envisage d’allonger la durée de la période d’activité professionnelle."

Source communiqué presse Inserm