Près d’un adulte américain sur cinq atteint de diabète rationne l’insuline – voici pourquoi c’est dangereux

  • Jusqu’à 1,3 million d’Américains ont peut-être rationné l’insuline au cours de l’année écoulée pour économiser de l’argent, selon de nouvelles recherches.
  • L’insuline est un médicament injectable utilisé pour réguler la glycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 1 et de type 2.
  • Le rationnement de l’insuline – en retardant l’exécution des ordonnances ou en ne prenant pas la dose prescrite – peut avoir des conséquences potentiellement mortelles.

Les prix de plus en plus élevés des médicaments obligent les Américains à étirer l’insuline et à s’en passer.

Les experts en santé publique reconnaissent depuis des années que les personnes atteintes de diabète qui vivent aux États-Unis ont souvent du mal à accéder aux médicaments vitaux dont elles ont besoin. Cela comprend l’insuline, un médicament injectable utilisé pour réguler la glycémie chez les personnes atteintes de diabète de type 1 et de type 2.

Maintenant, une nouvelle étude publiée dans Annales de médecine interne ont estimé que jusqu’à 1,3 million d’Américains – près de 1 personne sur 5 vivant avec le diabète – auraient pu rationner l’insuline au cours de l’année écoulée, soit en retardant l’exécution d’une ordonnance, soit en prenant moins d’insuline que nécessaire.

« La racine du problème est que l’insuline est trop chère », a déclaré Laura Marie Nally, MD, endocrinologue pédiatrique à Yale Medicine, qui souffre également de diabète de type 1. Santé. « Le pire, c’est que nous savons que la production d’insuline ne coûte que quelques dollars et que les sociétés pharmaceutiques augmentent les prix de manière inappropriée et en profitent depuis des années parce que les gens dépendent de ce médicament pour survivre et n’ont pas accès à des alternatives abordables. »

Une étude de 2018 publiée dans Santé mondiale BMJ ont constaté que près de la moitié des Américains vivant avec le diabète n’avaient pas un accès fiable à l’insuline. Ces auteurs ont également noté que seulement trois sociétés produisent 96 % de l’insuline mondiale.

« Beaucoup de gens ne comprennent pas à quel point le rationnement de l’insuline peut être dangereux pour une personne atteinte de diabète insulino-dépendant », a déclaré le Dr Nally, qui n’a participé à aucune des deux études, notant que passer quelques jours sans insuline peut mettre une personne atteinte de diabète de type 1. à l’hôpital.

Risques associés au rationnement de l’insuline

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les données de l’enquête nationale sur la santé (NHIS) 2021, qui est collectée par les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) et comprend des entretiens avec des dizaines de milliers d’Américains sur différents sujets de santé.

L’équipe a tiré les réponses de 982 adultes qui utilisaient de l’insuline, ce qui était un échantillon représentatif des plus de 7 millions d’adultes vivant aux États-Unis qui utilisent de l’insuline.

Ils ont constaté que le rationnement de l’insuline était le plus courant chez les Noirs américains – un peu plus de 23% – contre environ 16% pour les Américains blancs et hispaniques. Le rationnement de l’insuline était également environ deux fois plus courant chez les jeunes adultes que chez les personnes de plus de 65 ans. Cependant, le diabète est également plus répandu chez les personnes de plus de 65 ans, ce qui signifie qu’un pourcentage de rationnement même plus faible se traduit par un nombre important de personnes touchées.

Les chercheurs ont découvert que le rationnement de l’insuline était également plus courant chez les personnes atteintes de diabète de type 1, qui est plus grave que le diabète de type 2, selon Steffie Woolhandler, MD, MPH, éminente professeure à la School of Urban Public Health du Hunter College à New York. , co-auteur de la nouvelle recherche.

« Si les personnes atteintes de diabète de type 1 sautent des doses d’insuline, elles peuvent rapidement tomber dans le coma et mourir », a déclaré le Dr Woolhandler. Santé.

Au fil du temps, sauter l’insuline peut causer des dommages aux organes et même une défaillance chez les personnes atteintes de diabète de type 2, raccourcissant leur durée de vie, a ajouté le Dr Woolhandler, soulignant que ne pas prendre d’insuline est dangereux pour toute personne à qui le médicament est prescrit.

Sauter ou ne pas prendre suffisamment d’insuline provoque une hyperglycémie, ou une glycémie élevée, qui peut rapidement déshydrater une personne insulino-dépendante, a déclaré le Dr Nally. Au fil du temps, une glycémie constamment élevée peut entraîner la cécité, une insuffisance rénale, des lésions nerveuses, nécessiter des amputations et provoquer une affection potentiellement mortelle appelée état hyperosmolaire hyperglycémique.

En fin de compte, l’insuline est une nécessité pour les personnes atteintes de diabète. « Les médecins ne prescrivent de l’insuline qu’à ceux qui en ont besoin », a déclaré le Dr Nally. « Et l’insuline est généralement utilisée en dernier recours lorsque nous avons déjà essayé d’autres médicaments pour gérer le diabète qui ont échoué. »

Un meilleur accès aux médicaments vitaux est nécessaire

Malgré la politique visant à réduire le coût de l’insuline, les Américains sont toujours obligés de faire face à des dépenses personnelles que les personnes vivant au Canada et en Europe occidentale, qui ont des normes de soins de santé comparables à celles des États-Unis, n’ont pas.

La loi sur la réduction de l’inflation, qui a été promulguée par le président Joe Biden en août et entrera en vigueur le 1er janvier 2023, plafonnera à 35 $ le coût mensuel de l’insuline pour les personnes âgées sous Medicare.

Cependant, le projet de loi ne protège pas les millions d’Américains qui ont une assurance maladie privée ou qui ne sont pas assurés. Dans leur analyse des données du NHIS, le Dr Woolhandler et son équipe ont constaté que le rationnement de l’insuline était le plus élevé parmi ces deux groupes et le plus bas parmi ceux couverts par Medicare ou Medicaid.

« C’est formidable pour les personnes âgées, mais il y a un énorme problème avec les jeunes ainsi que les personnes qui n’ont pas d’assurance-maladie, elles sont obligées de rationner l’insuline, un médicament dont elles ont besoin pour vivre », a déclaré le Dr Woolhandler.

L’assurance privée devient de plus en plus difficile à payer et l’insuline n’est souvent pas le seul médicament dont les personnes atteintes de diabète ont besoin, selon le Dr Nally.

« Nous avons besoin de réglementations en place pour limiter le coût des médicaments, en particulier ceux qui sont essentiels à la vie, comme l’insuline », a déclaré le Dr Nally. « Nous avons besoin d’un système simplifié qui permette à toute personne atteinte de diabète de pouvoir entrer dans une pharmacie et obtenir de l’insuline. quand ils en ont besoin, quels que soient leurs revenus ou leur statut d’assurance. »

Sources

Health.com utilise uniquement des sources de haute qualité, y compris des études évaluées par des pairs, pour étayer les faits contenus dans nos articles. Lisez notre processus éditorial pour en savoir plus sur la façon dont nous vérifions les faits et veillons à ce que notre contenu soit exact, fiable et digne de confiance.

  1. Gaffney A, Himmelstein DU, Woolhandler S. Prévalence et corrélats du rationnement de l’insuline par les patients aux États-Unis : une enquête nationale. Ann Stagiaire en médecine. 2022;10.7326/M22-2477. doi:10.7326/M22-2477

  2. Gotham D, Barber MJ, Hill A. Coûts de production et prix potentiels des biosimilaires de l’insuline humaine et des analogues de l’insuline. BMJ Glob Santé. 2018;3(5):e000850. doi:10.1136/bmjgh-2018-000850

  3. Centre National de Santé Complémentaire et Intégrative (NCCIH). Statistiques de l’Enquête nationale sur la santé par entrevue.

  4. Stoner GD. État hyperglycémique hyperosmolaire. Suis Fam Physician. 2017;96(11):729-736.

  5. La maison Blanche. Remarques du président Biden lors de la signature de HR 5376, la loi sur la réduction de l’inflation de 2022.

★★★★★