Les scientifiques ne jurent que par cette astuce de perte de poids qui ne prend que 15 minutes par jour

Si quelqu’un vous disait de garder une trace de chaque chose que vous mangez pendant que vous suivez un plan de perte de poids, la première chose qui vous viendrait à l’esprit serait probablement, Je n’ai pas le temps pour cela. Eh bien, vous voudrez peut-être réfléchir à nouveau. Il s’avère que les personnes qui enregistrent ce qu’elles mangent pendant quelques minutes chaque jour sont celles qui voient ce nombre sur l’échelle baisser.

Une nouvelle étude publiée dans la revue Obésité environ 150 personnes ont suivi ce qu’elles avaient mangé pendant six mois dans le cadre d’un programme de perte de poids. À la fin, ceux qui ont perdu le plus de poids ont passé en moyenne un peu moins de 15 minutes par jour à enregistrer leur consommation. Leur devise : « Écrivez-le quand vous le mordez.

Pensez-y, 15 minutes, c’est deux fois moins qu’un épisode de votre émission Netflix préférée. C’est une fraction du temps que vous passez à parcourir les réseaux sociaux la nuit ou à vous stresser à propos de choses qui échappent à votre contrôle (soyons honnêtes, nous le faisons tous).

L’étude, menée par des chercheurs de l’Université du Vermont et de l’Université de Caroline du Sud, a révélé que ceux qui ont perdu 10% de leur poids corporel (c’est-à-dire le plus réussi du groupe) ont passé en moyenne 23,2 minutes à enregistrer leur consommation chaque jour pendant le premier mois du programme. Mais au sixième mois, ce temps est tombé à 14,6 minutes.

Enregistrer leur consommation signifiait « enregistrer les calories et les matières grasses de tous les aliments et boissons qu’ils consommaient, ainsi que la taille des portions et les méthodes de préparation », selon l’étude.

Passer plus de temps à enregistrer n’équivalait pas à plus de perte de poids. Cependant, combien de fois une personne s’est réellement connectée au programme de suivi.

« Ceux qui s’autosurveillaient trois fois ou plus par jour, et étaient constants jour après jour, étaient ceux qui réussissaient le mieux », a déclaré Jean Harvey, président du département des sciences de la nutrition et de l’alimentation à l’Université du Vermont et auteur principal de l’étude. dit dans un communiqué. « Il semble que ce soit l’acte d’auto-surveillance lui-même qui fasse la différence, et non le temps passé ou les détails inclus. »

Harvey et son équipe espèrent que l’étude encouragera les personnes à la diète à utiliser des applications de suivi et à se rendre compte qu’elles ne prennent pas autant de temps que tout le monde semble le penser. « Les gens détestent ça ; ils pensent que c’est onéreux et affreux, mais la question que nous nous posions était : combien de temps l’autosurveillance alimentaire prend-elle vraiment ? » dit Harvey. « La réponse est, pas beaucoup. »

★★★★★