Intersexe : ce que signifie le terme et comment il peut apparaître

Si vous avez remarqué le I dans LGBTQIA+, vous vous demandez peut-être ce que cela signifie et d’où cela vient. Le I signifie intersexe, une variance biologique qui signifie que le sexe d’une personne ne rentre pas parfaitement dans les cases « masculin » ou « féminin » – en fonction de ses chromosomes, de sa présentation génitale, de son tissu reproducteur ou d’une combinaison des trois.

En savoir plus sur ce que signifie être intersexué et pourquoi de plus en plus d’individus intersexués adoptent cette identité.

Que signifie être intersexué ?

« On dit qu’une personne est née avec une biologie intersexuée lorsqu’elle naît avec un corps qui ne correspond pas aux normes médicales pour les hommes ou les femmes », a déclaré Alice Dreger, PhD, présidente du conseil d’administration de l’Intersex Society of North America ( ISNA), dit Santé. « Il existe plusieurs dizaines de manières différentes de naître intersexe, car le développement sexuel est vraiment compliqué. Cela implique des gènes, des récepteurs hormonaux, le développement d’organes, etc. » L’intersexualité était autrefois connue sous le nom d’hermaphrodisme, mais ce dernier terme est obsolète et n’est plus utilisé.

À quoi ressemble l’intersexualité ?

Être intersexué n’est pas une question d’identité de genre ou d’orientation sexuelle ; il s’agit de traits sexuels physiques et de gènes, selon MedlinePlus. Un individu intersexué peut avoir des chromosomes féminins mais des organes génitaux ambigus ou d’apparence masculine; alternativement, l’individu peut avoir des chromosomes mâles mais des organes génitaux ambigus ou d’apparence féminine. Une personne intersexuée pourrait avoir ce qu’on appelle un véritable intersexué gonadique, ayant à la fois du tissu ovarien et testiculaire. Ils pourraient également avoir un trouble complexe ou indéterminé du développement sexuel qui ne rentre parfaitement dans aucune de ces catégories.

« Les gens peuvent avoir des combinaisons de chromosomes, XX ou XY ; certains ont des mosaïques de chromosomes dans certaines cellules et pas dans d’autres », Arlene Baratz, MD, membre du conseil d’administration du groupe de soutien du syndrome d’insensibilité aux androgènes-trouble du développement sexuel (AIS-DSD), Raconté Santé. (Généralement, les femmes portent deux chromosomes X et les hommes portent un chromosome X et un chromosome Y.)

Les personnes intersexuées sont considérées comme une population présentant des disparités en matière de santé par les National Institutes of Health, a déclaré le Dr Baratz. Mais les personnes intersexuées sont généralement confrontées au défi unique de décider à quoi elles veulent que leur corps ressemble. « Parfois, ces choix sont faits pour les personnes intersexuées avant qu’elles ne soient vraiment assez âgées pour s’exprimer », a ajouté le Dr Baratz.

Georgieann Davis, PhD, professeur agrégé de sociologie à l’Université du Nouveau-Mexique et auteur de Contester l’intersexualité : le diagnostic douteux, est né avec un syndrome d’insensibilité complète aux androgènes, qui se traduit par des organes génitaux externes associés à la femme, mais des chromosomes XY et des testicules non descendus. « Mes parents, dans mon cas et bien d’autres, ne savaient pas que j’étais intersexe jusqu’à mon adolescence et je n’avais pas mes règles », a déclaré Davis. Santé. « C’est alors qu’ils ont découvert ce qu’ils ne s’attendaient pas à trouver à l’intérieur. »

Que se passe-t-il si vous êtes né intersexe ?

Dans le passé, si un bébé était né avec des traits intersexués, les médecins et les parents pouvaient avoir choisi un sexe pour l’enfant. L’enfant peut avoir subi une intervention chirurgicale, de sorte que les organes sexuels de l’enfant correspondent au sexe choisi par les parents. Alors que les médecins et les parents choisissent encore souvent la chirurgie d’assignation sexuelle pour les enfants intersexués, cette question n’est pas sans controverse. De plus en plus, les parents renoncent à la chirurgie et laissent l’enfant décider à un âge mûr si une chirurgie ou un traitement est souhaité.

L’ISNA préconise ce changement – l’organisation recommande aux parents d’attendre la chirurgie génitale jusqu’à ce qu’un enfant soit suffisamment mûr pour prendre une décision éclairée pour lui-même. Avant de prendre une décision chirurgicale, l’ISNA recommande également que l’enfant soit pleinement informé et présenté aux personnes opérées et non opérées.

« Beaucoup de ces chirurgies ne sont pas nécessaires à la santé et au bien-être de l’enfant », a déclaré Ellen Feder, PhD, professeur de philosophie à l’American University de Washington, DC. Santé. Des parents bien intentionnés peuvent être simplement mal informés de ce que signifie être intersexe, ou les médecins préconisent une intervention chirurgicale parce qu’ils pensent que les parents n’aimeront pas un enfant intersexe, a déclaré Feder.

« Si quelque chose est présenté comme un problème médical ou une urgence, les parents sont susceptibles d’aller de l’avant avec une intervention médicale parce que c’est l’option qui leur est présentée », a déclaré Davis. « Les parents peuvent exprimer plus tard des regrets décisionnels parce qu’ils n’ont pas eu l’information qui leur a été présentée, que [intersex] est une variation naturelle de son corps qui n’a pas à dicter son identité de genre. »

En effet, « les médecins ont commencé à se rendre compte que l’approche qu’ils ont utilisée a donné à beaucoup de gens le sentiment d’avoir été violés sexuellement et médicalement », a déclaré Dreger. « Trente ans après le début du mouvement pour les droits intersexués, nous n’avons encore entendu personne dire : « Je suis content que mes parents aient choisi la chirurgie pour moi. » »

Comment puis-je être un allié des personnes intersexuées ?

« La chose la plus importante serait de plaider pour que les gens fassent leurs propres choix concernant leur corps », a déclaré le Dr Baratz. « La personne ayant cette intervention doit avoir une certaine agence dans la décision. »

Davis suggère que les parents d’enfants intersexes s’adressent aux autres parents d’enfants intersexes. Ensuite, ils peuvent compter sur l’expérience et le soutien de ces parents pour que leurs enfants puissent prendre des décisions éclairées concernant leur corps. « Je n’ai pas rencontré de personne intersexuée ou d’activiste qui ait été contre la chirurgie », a déclaré Davis. « Nous sommes contre le fait que ces chirurgies soient pratiquées sur ceux qui n’ont pas leur mot à dire sur ce qui est fait à leur corps. »

Davis et le Dr Baratz ont également souligné le rôle du soutien psychosocial sous la forme de conseils psychiatriques ainsi que des groupes de soutien pour aider les personnes intersexuées à surmonter tous les défis. « Nous, en tant que défenseurs, aimerions que la partie psychosociale des soins soit la chose prédominante », a déclaré Davis. « Bien que les chirurgiens et les endocrinologues soient essentiels, les conseils psychologiques sont de la plus haute importance pour gérer nos identités et nos traits uniques dans la vie de tous les jours. Il n’y a aucune preuve que grandir avec un corps qui a l’air différent est intrinsèquement nocif. »

★★★★★